versione accessibile
Ricerca nel sito
Cerca
 La diocesi » Informazioni Generali » Storia della Diocesi » L'histoire du diocèse et de son chemin pastoral 

L'histoire du diocèse et de son chemin pastoral   versione testuale
Facebook  Twitter  Technorati  Delicious  Yahoo Bookmark  Google Bookmark  Microsoft Live  Ok Notizie

Noto a été érigé comme Église épiscopalienne et la Chiesa Madre comme cathédrale par le pape Grégoire XVI à travers le taureau “Gravissimum sane munus” du 15 mai 1844. Avec cet acte, Grégoire XVI a donné corps à l'engagement de son prédécesseur Pie VII qui a été proposé d'augmenter le nombre des diocèses, en Sicile, en vue de faciliter le service pastoral des évêques.

En fait, l'évêque de Noto avait espéré depuis le siècle XII, lorsque Isimbardo Morengia, faite seigneur de Noto par Frédéric II de Souabe, fondée le 20 août 1212, avec la dot de quatre fiefs, le monastère cistercien de Santa Maria dell'Arco, demandant ensuite à sa transformation en épiscopalienne voir. L'empereur voulait convenir aux souhaits des Morengia, mais les maux de la Maison de Souabe et, plus tard, la turbulence des Angevins entravé le projet de faire Noto le siege épiscopalienne. Décerné le titre de "Ville" par Alfonso Magnanimous le 27 décembre 1432, à une époque de prestige particulier, pour qu'ils conçu un vice-roi en Niccolò Speciale, Noto demandé à la tête de taureau à devenir diocèse le 14 juin 1433 au pape Eugène IV et le 22 janvier 1450 à Nicolas V remercier l'implication de l'abbé de Noto, Giovanni Aurispa, son secrétaire apostolique. Les nobles Rinaldo Sortino obtint lettres royales en faveur de la nouvelle évêché en 1451 1453, mais Mgr Paolo Santapan aragonais, évêque de Syracuse, radié du Saint-Siège tout, parce que le pasteur de Noto fut aussi le Cantor canonique du Dôme de Syracuse attribué par l'évêque Thomas Erbes dans le Synode diocésain de 1388.

D'autres initiatives ont été promus dans le seizième, dix-septième et dix-huitième siècle. Les arguments en faveur de la nouvelle siège épiscopalienne étaient différents, il y avait aussi la présence de deux prestigieux centres de spiritualité: l'abbaye bénédictine de Saint Lucia del Mendola et à l'abbaye cistercienne de Santa Maria dell'Arco, ils ont été considérés à l'époque comme Ecclésiastiques des lieux significatifs. La ville de Noto a également été chef trimestre alors que les deux autres existants, de Messine et de Mazara, le siège des évêques moment. "Notre Règne, qui porte le nom de Valle est divisé en trois provinces séparées, avec cette commande, il a établi, la Commission épiscopale Emplacements du Val Demone et le Val di Mazzara dans leurs capitales respectives, de Messine et de Mazzara, donc, pour que semble exiger que la troisième Valle encore une troisième siège épiscopale dans sa capitale, est précisément de la ville de Noto, un Normands principes de constitution" (cif. péroraison de 1783).

Les évêques de Syracuse toujours obstacle à la réalisation de ce désir, en raison du diocèse de Noto s'étendraient territoire, en raison du diocèse de Noto s'étendraient le territoire. Ce n'est qu'à la mi-1800 Noto bétonnés l'ancien désir. À la suite des émeutes qui ont eu lieu à Syracuse pendant l'épidémie de choléra, en effet, Ferdinand II de Bourbon a demandé le transfert de la province de Noto. À cette occasion, le roi Ferdinand II a demandé au Saint-Siège pour fonder le diocèse de Noto, en tirant parti du fait que l'évêque du siège de Syracuse était vacant à la mort de Mgr Giuseppe Amorelli le 13 décembre 1840. Dans le nouveau diocèse, en plus de Noto ont été accordées, de les supprimer à Syracuse, dans la municipalité d'Avola, Buccheri, Buscemi, Cassaro, Ferla, Giarratana, Modica, Pachino, Palazzolo Acreide, Pozzallo, Portopalo, Rosolini, Scicli et Spaccaforno (maintenant Ispica).

Le 24 novembre 1844 le premier évêque de Noto, Mgr Giuseppe Menditto, a pris possession de la cathédrale. Mgr Vincenzo Marolda, évêque de Trapani et délégué du Saint-Siège suit la Bulle d'érection et les décrets des papes.

En 1856, le Saint-Siège avec le décret "Peculiaribus" obtenu par le gouvernement de Naples, une réduction des pouvoirs de la cour de la monarchie en faveur des évêques. Il a mis à ce stade les trois premiers évêques de Noto: Giuseppe Menditto (1844-1849), Giovanni Battista Naselli (1851-1853) et Mario Mirone (1853-1864). Avec le Concile Vatican I de 1870, en effet, la baisse regal ecclésiologie et a déclaré la romaine, tandis que les liens institutionnels de l'Eglise de la Sicile se renforcent avec la Curie du Vatican. La rupture entre le gouvernement italien et le Vatican, toutefois, empêche la nomination de nouveaux évêques dans le sicilien vacant voir, parce que le Saint-Siège veut éviter que le nouveau gouvernement a revendiqué le droit de présenter des candidats, qui constituent des atteintes au droit de l'eglise dans la collation de l'évêque de la liberté. Noto, et pendant huit ans a été siège vacant: de 1864 à 1872. Seulement grâce à la Loi des Garanties de 1871, a été nommé le nouvel évêque: Mgr Benoît, La Vecchia (1872-75).

Malgré une âcreté anti cléricaux - qui a son point culminant en 1882 lors de la sixième centenaire de les Vêpres siciliennes et qui place les évêques siciliens en mesure de ne pas être en mesure d'utiliser l'État pour le respect des préceptes moraux et catholique - la pastorale liberté est Garanti. Dans leur lettre collective à l'issue de la sicilien Conférence épiscopale, les évêques de dénoncer les maux qui menacent la compacité religieuse et morale de l'île. L'évêque de Noto, Archevêque Giovanni Blandini (1875-1913) - précurseur de la démocratie et le renouveau dans le catholicisme en Italie - se définit "la perle de l'évêque sicilien" par Léon XIII, qui lui a donné le pallium archiépiscopal «ad personam» en juin 25, 1900.

A propos, en 1910, sont à privilégier les formes d'organisation du laïcat catholique avec des personnalités comme la formation religieuse Gioventù Cattolica et hauts parleurs. Pape saint Pie X encourage catéchisme et relance bonne presse. Dans la pleine guerre, en 1916, se tient à Tindari la Conférence épiscopale de Sicile, actuellement secrétaire de l'évêque de Noto, Mgr Giuseppe Vizzini (1913-1935). Pour lui, la réforme religieuse est possible sur un plan spirituel. Les documents de la plénière du Conseil de Premier sicilien (Palerme, 1920) et le premier Synode diocésain (Noto, 5-7 octobre 1923) sont le fruit de ses compétences juridiques.

En 1955, quand le Pape Pie XII a créé le diocèse de Raguse travers le taureau “quam quam est” de la ville de Giarratana passés à la nouvelle diocèses, tout Palazzolo Acreide, Buccheri, Buscemi, et Cassaro Ferla, de petits villages de montagne de Syracuse, a regagné le diocèse de Syracuse.

À ce stade, c'est l'épiscopat de Mgr Angelo Calabretta (1936-1970), qui se caractérise par de profondes racines surnaturel. Le silence de la prière, c'est le secret de son succès actif épiscopat. Son successeur, Mgr Salvatore Nicolosi (1970-1998), a augmenté la réalité "Eglise" dans toutes ses dimensions: de l'évangélisation de la communion, de l'adoration de Dieu, le service de l'homme. Il a réalisé en 1988, le jumelage avec les jeunes du diocèse de Butembo-Beni (République démocratique du Congo) et célèbre le deuxième Synode diocésain (1995-1996).

Parmi les nombreuses réalisations de la fructueuse service de la Commission épiscopale de Mgr Giuseppe Malandrino (1998-2007), cependant, nous nous souvenons de la Mission populaires permanentes, à la suite du grand Jubilé de l'an 2000, la visite pastorale (2003-2006) et le succès Réouverture, le 18 juin 2007, de la cathédrale reconstruite.
 
 
Giovedì 20 Marzo 2008
Copyright Diocesi di Noto 2008 - Credits